Lacaraf : une bonne idée pour le vin… mais à creuser

Par Marco Mosca

Mis à jour le 02/04/2024 à 16:10

Alors que la France consomme de moins en moins de vins, Lacaraf propose de les boire mieux, à la bonne température. Conçue par Anthony Boule et Alexandre Martorana, l’appareil permet d’atteindre une température donnée, en réchauffant ou rafraichissant avec une précision au degré près, et en seulement 10 minutes.

LACARAF est née de l’union entre une passion pour le vin et une expertise technique de pointe. Inspiré de la technologie spatiale, le système LACARAF dispose d’une architecture thermique innovante et d’une précision sans équivalent. Un objet connecté d’excellence façonné par les codes du vin.
LACARAF est née de l’union entre une passion pour le vin et une expertise technique de pointe.
Inspiré de la technologie spatiale, le système LACARAF dispose d’une architecture thermique innovante
et d’une précision sans équivalent. Un objet connecté d’excellence façonné par les codes du vin. (c) Lacaraf

Au pays de la dive bouteille, les Français boivent de moins en moins de vin. En 60 ans, la consommation est passée de 120 litres par an à 40 litres, selon une récente étude dévoilée par Le Monde. Si l’on boit moins, est-ce que l’on boit mieux ? Pas forcément. Les Français sont prêts à payer plus chère leur bouteille. Mais ils ont tendance à déguster leurs nectars à la mauvaise température, selon certains œnologues. Si des efforts ont été faits pour les vins blancs et les vins pétillants, le vin rouge est le grand perdant dans cette histoire. On le boit trop facilement à température ambiante et il est bien souvent trop chaud, surtout en ces temps de canicule. Pour sublimer ses arômes, il faut idéalement le boire entre 12 et 18°, en fonction du nectar bien sûr.

10 minutes chrono

Et c’est là qu’intervient Lacaraf, une carafe à vins qui permet de servir sa boisson alcoolisée à la bonne température. Conçue par Anthony Boule et Alexandre Martorana, l’appareil permet d’atteindre une température donnée, en réchauffant ou rafraichissant avec une précision au degré près, et en seulement 10 minutes. Et il permet ensuite de maintenir cette température durant toute la durée de la dégustation, quelle que soit la température environnante. Mais comme le rappelle les œnologues Emile Peynaud et Jacques Blouin, dans leur livre “Le goût du vin : le grand livre de la dégustation” (Dunod), si la température est importante pour la dégustation, le temps nécessaire pour l’atteindre est aussi important, que ce soit au réfrigérateur, à l’air libre ou bien dans un seau à glace. Et la promesse des 10 minutes de Lacaraf peut faire un peu peur.

 

Mais la jeune pousse se veut rassurante. Elle assure avoir fait tester par des sommeliers français son produit et le comité dégustation l’UDSF Sud-Ouest Occitanie, certifie qu’il préserve le vin… et ses arômes. Selon Alain Marty, Fondateur du Wine & Business Club, Lacaraf n’altère en rien les qualités organoleptiques du nectar servi. Dont acte.

Aucun accompagnement

Comment ça marche ? L’utilisateur verse son vin dans la carafe. Un affichage électronique lui indique sa température. Un autre permet de sélectionner la température cible. Chaque variation d’un degré nécessite 2 minutes.

Un petit bémol tout de même, on pouvait s’attendre à une application qui accompagne l’amateur de vin et qui permet d’adapter la carafe au breuvage que l’on verse dedans. Mais “Lacaraf ne conseille pas la température d’un vin. C’est à l’utilisateur de la choisir, soit parce qu’il la connaît, soit parce qu’elle lui a été conseillée par un professionnel, ou encore il peut tester s’il préfère le vin à 15 ou 16° par exemple”, nous répond-on. Dommage.

Autre petit bémol, et non des moindres, le prix de ladite carafe. Elle est vendue en précommande à 640 € en ce moment au lieu de 890 €, pour une livraison à la fin de l’année. C’est deux fois plus cher en gros, qu’une cave à vin de service, qui permettra de mettre à bonne température plusieurs bouteilles. Ce produit pose beaucoup de questions auxquelles une prise en main permettra de répondre, j’en suis sûr. À suivre donc.

[Post content template]