Après l’airfryer, le four à pizza veut se faire un place dans votre cuisine

Par Marco Mosca

Mis à jour le 25/06/2024 à 12:01

Les fabricants d'électroménager déboulent sur le marché des fours à pizza ces derniers mois. Faut-il y voir un effet de mode dans un pays où la pizza fait partie des plats préférés des consommateurs ?

Les Français font partie des plus gros consommateurs de pizzas au monde, derrière les Américains et devant les Italiens selon des données Gira Conseils. En 2023, les Français ont consommé 1,5 milliard de pizzas, soit une augmentation de 11% par rapport à l’année précédente. Alors forcément, cela donne des idées aux fabricants d’électroménager qui entendent bien surfer sur cette passion tenace. C’est pourquoi les fours à pizza fleurissent un peu partout. Des fours d’intérieur ou bien d’extérieur, au gaz ou bien électrique, à poser sur son barbecue ou sur son plan de travail… les solutions se multiplient. “Cette tendance a suivi le mouvement du fait maison depuis le confinement“, relève Romain Malauvé, le directeur de Sage Appliances France, la marque australienne qui propose depuis quelques temps déjà un four semi pro, le Smart Oven Pizzaiolo.

Les fours à pizza, nouveau produit à la mode ?
Les fours à pizza, nouveau produit à la mode ?

Les secrets d’une pizza réussie

Les fours traditionnels pourraient être une solution.  La plupart d’entre eux intègrent effectivement une fonction pizza qui doit faire le job. Mais ils n’arrivent pas à délivrer la chaleur nécessaire pour cuire une pizza dans les règles de l’art. C’est leur principale faiblesse. Un four classique monte généralement jusqu’à 250 °C maximum.

Les fours dédiés jouent la différence avec des températures beaucoup plus élevées, proches du four à bois traditionnel : entre 350 et 500 degrés pour réaliser des pizzas en quelques minutes seulement. “Le premier élément clé est la température. Elle doit être uniformément réparti, dessus dessous. On doit être à 390 degrés sur le sol et dans la voute“, explique Romain Malauvé qui concède que des équipes de Sage sont allées expressément à Naples pour examiner les techniques des pizzaiolos.

Le four Sage, le Smart Oven Pizzaiolo, grimpe donc jusqu’à 400 degrés. Lagrange propose de son côté un four électrique qui monte à 430 degrés et Witt des fours à gaz qui tutoient les 500 degrés, des températures dignes de fours professionnels.

 

L’autre élément important, c’est la taille de la cavité. Elle ne doit pas être trop grande pour pouvoir chauffer rapidement, ne pas perdre trop de chaleur quand on ouvre la porte et pour bien répartir la chaleur. Sage a mis au point un algorithme pour son four qui permet de diffuser et orienter la chaleur dans tous les sens. “On détecte la température en tout point avec ventilateur et déflecteur pour bien diffuser la chaleur“, précise Romain Malauvé.

Last but not least, le dernier point important, c’est la pierre réfractaire qui va permettre de maintenir cette inertie nécessaire et cuire la pizza par le dessous à une température constante. Généralement, la pierre utilisée est de la cordiérite qui s’inspire du four traditionnel napolitain.

 

Le syndrome de la machine à pain ?

Il est encore trop tôt pour dire si la mode des fours à pizza va prendre en France. Sage reconnaît naviguer à vue pour le moment sur un marché dominé par les appareils professionnels. Labo Maison a contacté d’autres marques, sans retour de leur part.

Chez GFK, le cabinet d’analyse qui suit le marché des biens d’équipement, on souligne que les mini-fours sont en recul à fin 2023 : 583 000 pièces vendues. C’est -7 % par rapport à 2022. Le prix moyen de ces mini fours est de 112 €, soit un chiffre d’affaires annuel de 65 Millions d’euros (-3 % par rapport à 2022).

Un Français sur cinq consacre moins d’une heure par semaine à la cuisine, tous repas compris – en forte hausse en 5 ans et 1 sur 2 de 1h à 4h (soit moins de 34 min/jour). Les consommateurs sont à la recherche d’’appareils qui permettent de répondre à cette exigence de gain de temps, d’où le succès notamment des robots-cuiseurs mutlifonctions ou bien des airfryers, qui remplacent les fours traditionnels en permettant de manger plus sainement et rapidement. Les fours à pizza pourraient bien profiter de ce besoin d’accélérer.

 

Par conséquent, ne faut-il pas craindre le syndrome de la machine à pain, ce fameux appareil que beaucoup de Français ont acheté avant de le remiser au placard ? Les fabricants expliquent que les fours à pizza permettent de faire autre chose que des pizzas, comme cuire des quiches, tartes, gâteaux, faire du salé comme du sucré… Tout ce qui ne dépasse pas les 8 à 10 cm de la cavité en gros. “La seule contrainte c’est la hauteur. Il faut aussi tenir compte de l’économie d’énergie par rapport à un four classique“, admet Romain Malauvé. Ces fours montent effectivement très vite en température et affiche une puissance de 1400-1700 W quand un four traditionnel tourne à 2400 W minimum.

Il y a aussi l’apparition de fours hybrides. Ninja propose avec son Woodfire, un appareil 8-en-1, qui permet également de cuire des grosses pièces de viandes et de fumer ses aliments.

Reste la question du prix. Le Lagrange est vendu 349,99 € (il est actuellement en promo à 199 €), le Sage est quant à lui à 699 € en promo sinon à 829,90 € et le premier four de Witt est à 649 €. Il est possible de se tourner vers des fours à barbecue. Lidl en proposera un à 40 € en boutique le lundi 1er juillet.

Ces appareils restent donc des produits relativement chers mais qui permettent de faire des pizzas de meilleure qualité que dans un four traditionnel. Encore faut-il savoir faire une bonne pâte et utiliser de bons ingrédients. Mais ça c’est une autre histoire.

>> Four encastrable : Retrouvez tous nos tests et fiches produits dans notre comparatif 2024

Suivez toute l'actualité de Labo Maison sur Google Actualités.