14 ans d’expérience avec des robots aspirateurs / laveurs : témoignage

Par Pierre-Jean Alzieu

Mis à jour le 26/06/2024 à 15:05

Après 14 ans passés avec l'aide d'aspirateurs robots, il est temps de partager mon experience. Pour gagner du temps sur l'entretien ménager, je me suis rapidement intéressé à ces appareils. J'ai acquis mon premier modèle en 2010. Depuis, les évolutions technologiques ont nettement modifié ma routine de nettoyage. Cet article retrace mon parcours, des premiers modèles simples jusqu'aux aspirateurs laveurs multifonctions.

Chercher à gagner du temps sur l’entretien ménager a toujours été une priorité pour moi. Le ménage, en particulier l’aspiration et le lavage du sol, représentait une part significative de mon temps de ménage. En moyenne, je consacrais environ trois heures par semaine à ces tâches : deux à trois fois par semaine pour l’aspirateur et au moins une fois pour le lavage du sol.

Mon aventure avec les aspirateurs robots a commencé en 2010. À l’époque, les modèles disponibles étaient relativement simples et se déplaçaient de manière aléatoire dans l’appartement. J’ai, comme beaucoup de personnes, commencé avec un iRobot Roomba puis je suis passé aux Neato puis aux Roborock pour leur capacité à naviguer intelligemment sur les surfaces à aspirer. Ces robots aspirateurs représentaient déjà une aide précieuse. Cependant, ces premiers modèles exigeaient que je vide le collecteur quotidiennement pour maintenir leur performance, ce qui n’était pas idéal.

L’évolution des aspirateurs robots

Les technologies des aspirateurs robots ne cessent de s’améliorer. Les premiers modèles offraient uniquement une fonction d’aspiration et une navigation aléatoire, ce qui limitait leur efficacité.

Navigation intelligente par LiDar à 360 ° et caméra en face avant.
Navigation intelligente par LiDar à 360 ° et caméra en face avant.

Progressivement, les robots ont été équipés de différents capteurs pour améliorer leurs performances. Par exemple, le LIDAR et les caméras orientées vers le plafond ont permis une navigation intelligente et une cartographie précise des pièces à nettoyer.

Détection des obstacles à l'aide de lasers et d'IA.
Détection des obstacles à l’aide de lasers et d’IA.

Ensuite, les fabricants ont ajouté des capteurs frontaux ou des caméras pour détecter les objets et ainsi éviter que le robot se coince. J’ai pu remarquer une nette progression de ce côté au fur et à mesure de ces améliorations. Bien que ce ne soit pas encore parfait et que mon robot se coince parfois, ces incidents sont devenus rares.

La serpillière peut se déporter pour nettoyer le long des murs.
La serpillière peut se déporter pour nettoyer le long des murs.

La partie lavage des aspirateurs robots a également connu de grandes avancées. Les premiers modèles ne disposaient pas de serpillière. Cette fonctionnalité est apparue plus récemment. Les premières serpillières étaient fixes, tandis que les générations suivantes ont introduit des serpillières en mouvement. Par exemple, les modèles de la gamme S de Roborock sont équipés de serpillières vibrantes, et d’autres marques proposent des patins rotatifs. Pour améliorer le taux de surfaces couvertes, des marques comme Roborock, Dreame, Xiaomi ou Ecovacs ont ajouté une fonctionnalité permettant de nettoyer au plus près des murs et des meubles. Pour ce faire, le robot est équipé d’un bras extensible qui permet à la serpillière d’atteindre les zones difficiles d’accès.

Système FlexiArm pour balayer dans les coins.
Système FlexiArm pour balayer dans les coins.

Les derniers modèles les plus haut de gamme sont également équipés d’un bras extensible pour la balayette. Cela permet de recueillir la poussière dans des zones auparavant inaccessibles.

Eureka J20 : un système de serpillère sur chenille nommé RollRenew.
Eureka J20 : un système de serpillère sur chenille nommé RollRenew.

Les technologies de lavage du sol évoluent encore en 2024 grâce à Switchbot et Eureka. Ces deux constructeurs ont opté pour un tout nouveau système de lavage. Au lieu de serpillières à plat, les robots disposent d’un rouleau ou d’une serpillière montée sur des chenilles. Ce système permet de s’auto-nettoyer pendant que le robot nettoie le sol. Le robot n’a donc pas besoin de retourner à sa base pour nettoyer sa serpillière.

Le Roborock S7 MaxV Ultra : mon premier laveur de sols

Le Roborock S7 MaxV Ultra est mon premier aspirateur robot aspirateur et laveur. Il a représenté un bond en avant significatif. Avec une station qui non seulement aspire le collecteur, mais remplit également le réservoir d’eau et nettoie la serpillière, ce modèle a révolutionné ma routine de nettoyage. Grâce à lui, j’ai pu éliminer presque entièrement le lavage manuel des sols pour économiser ainsi environ 1 à 2 heures de ménage par semaine.

Cependant, ce modèle présentait quelques limites. L’absence de fonction de séchage des serpillières générait parfois une légère odeur désagréable. Bien que mineure, cette contrainte a motivé ma recherche d’un modèle encore plus performant.

Le Dreame L20 Ultra : mon aspirateur laveur actuel

Le passage au Dreame L20 Ultra a marqué une nouvelle étape dans mon expérience. Ce modèle lave non seulement à l’eau chaude, mais sèche également les serpillières à l’air chaud. Cela élimine ainsi tout risque d’odeur. De plus, il permet l’ajout de détergent pour un nettoyage encore plus efficace des serpillières.

La station d'accueil aspire, lave les patins rotatifs à l'eau chaude et les sèche à l'air chaud.
La station d’accueil aspire, lave les patins rotatifs à l’eau chaude et les sèche à l’air chaud.

Bien que ce modèle réponde à presque toutes mes attentes, il n’est pas exempt de défauts. La base de nettoyage est particulièrement volumineuse et encombrante. Elle nécessite un espace considérable et manque d’esthétique. On ne passe pas à côté d’elle sans la remarquer.

Si je ne passe plus la serpillière, il est toujours obligatoire de gérer les bacs d’eau de la base. Il faut remplir le bac d’eau propre et vider l’eau sale toutes les semaines.

Le SwitchBot S10 : encore plus autonome

Parmi les nombreux robots aspirateurs laveurs que j’ai testés, le robot aspirateur laveur SwitchBot S10 se distingue particulièrement. Ce modèle propose une innovation majeure avec ses deux stations de lavage. La première station est directement raccordée à l’eau. Elle permet une alimentation et une évacuation automatiques. La seconde station s’occupe, quant à elle, d’aspirer le collecteur du robot et de sécher son rouleau.

La station d'eau peut être positionnée sous un meuble de salle de bain. (c) Labo Maison
La station d’eau peut être positionnée sous un meuble de salle de bain. (c) Labo Maison

Cette configuration unique sur le marché actuel présente de nombreux avantages. En divisant la base en deux parties, cela permet de placer la station d’eau près d’une arrivée et d’une évacuation et de la rendre plus facilement dissimulable. La seconde station est également plus petite que les stations multifonctions traditionnelles.

Comparaison de gabarit de la station principale du SwitchBot S10 face à celle du Roborock S8 MaxV Ultra. (c) Labo Maison
Comparaison de gabarit de la station principale du SwitchBot S10 face à celle du Roborock S8 MaxV Ultra. (c) Labo Maison

Grâce à ce système, je n’ai plus eu à gérer l’eau de la station. Elle s’en occupe elle-même. Il est uniquement nécessaire de changer le sac d’aspiration de la base toutes les 10 semaines. Ce gain de temps et de confort est considérable, surtout pour celles et ceux qui recherchent une solution de nettoyage la plus autonome possible.

Si je devais acheter un robot aujourd’hui, ce serait sans hésitation celui-ci. Il simplifie encore plus l’entretien quotidien en éliminant la gestion de l’eau propre et de l’eau sale.

Un changement radical dans ma routine de ménage

À ce jour, cela fait plus de 3 ans que je n’ai pas lavé moi-même manuellement le sol de mon domicile. Grâce à ces robots aspirateurs laveurs, mon sol n’a jamais été aussi propre. Le robot passe tous les deux jours en aspirant et en lavant le sol. Avant, je passais l’aspirateur deux à trois fois par semaine et je lavais le sol une seule fois par semaine. Ce changement a non seulement libéré du temps précieux dans ma semaine, mais a également amélioré la propreté générale de mon domicile.

Les limites des aspirateurs robots laveurs

Malgré les avancées significatives des aspirateurs robots laveurs, un petit défaut persiste. Bien qu’ils aient considérablement évolué et que certains modèles nécessitent très peu d’entretien, ils ne sont pas encore parfaits. Il est toujours nécessaire de disposer d’un aspirateur manuel pour compléter le nettoyage.

Aspirateur balai Dyson V8.
Aspirateur balai Dyson V8.

Dans mon cas, j’utilise un aspirateur balai Dyson V8 qui répond amplement à cette tâche. Les aspirateurs robots laveurs actuels ne parviennent pas à atteindre tous les recoins, même si certains modèles sont équipés de serpillières qui se décalent pour nettoyer au plus près des bordures et des coins. Ils n’aspirent toujours pas non plus derrière les portes. Pour lancer efficacement un aspirateur robot, il est conseillé d’ouvrir toutes les portes, mais la poussière accumulée derrière celles-ci demeure inaccessible au robot.

Il est donc nécessaire de passer un coup d’aspirateur manuel de temps en temps derrière les portes et dans certains recoins où le robot ne peut pas accéder. Cette tâche reste incontournable pour garantir une propreté optimale de l’ensemble de la maison.

Robot aspirateur laveur Ecovacs Deebot T30S Combo Complete.
Robot aspirateur laveur Ecovacs Deebot T30S Combo Complete.

Les constructeurs ont d’ailleurs bien compris ce défaut. Ecovacs a lancé en 2024 une gamme appelée T30S. Parmis les trois modèles disponibles, deux bénéficient d’un aspirateur à main (Ecovacs Deebot T30S Combo) ou d’un aspirateur balai (Ecovacs Deebot T30S Combo Complete) directement raccordé à la station de charge du robot.

>> Aspirateur robot : Retrouvez tous nos tests et fiches produits dans notre comparatif 2024

Suivez toute l'actualité de Labo Maison sur Google Actualités.